Educatrice & Comportementaliste canin

Espace actu

Blog

Troubles du comportement du chien liés au jeu

Posted on May 20, 2014 at 1:14 PM Comments comments (0)
Le jeu est une étape fondamentale dans le développement physique et mental du chiot.

Les jeux entre chiots permettent aux relations sociales de se mettre en place. Le maître prendra ensuite le relais pour jouer avec son chien. L’apprentissage des ordres de base doit se faire de façon ludique.
Mais certaines règles du jeu sont à respecter ; si ce n’est pas le cas, des troubles apparaîtront chez le chien. Ainsi, vous devez toujours rester maître du jeu, ne jamais accepter d’attitude de domination ni de mordillement des mains.

L’agressivité
Le jeu du chiot n’est jamais une lutte acharnée. Instinctivement, il a conscience de l’aspect récréatif des combats. Les chiots ne se mordent jamais violemment. Le chien agressif durant le jeu est un animal qui ne se comporte pas normalement. Cela peut être dû au fait qu’il n’a pas été socialisé, qu’il n’a pas assimilé la notion d’inhibition de la morsure.

L’hyperactivité
Il est normal qu’un chiot soit toujours en mouvement durant les périodes de jeu, mais il doit se calmer à l’âge adulte. Un état d’hyperactivité chez un chien de plus de 12 mois n’est pas normal. Le maître doit gérer les séances de jeu, les arrêter et les reprendre lorsque le chien est calme après l’avoir félicité.

Le jeu est une détente pour le chien, mais un exercice réfléchi et contrôlé pour le maître. L’enjeu du jeu est gigantesque pour l’équilibre du chien.

Source: wamiz.com

Pourquoi les chiens nous lèchent-ils ?

Posted on May 12, 2014 at 11:42 AM Comments comments (0)
Quel propriétaire de chien n'a jamais eu le plaisir ou la surprise de sentir sur sa peau la langue de son compagnon à 4 pattes le léchant vigoureusement comme pour lui faire un gros bisou ? 
Humains ou autres chiens : ce n'est un secret pour personne, lécher est l'un des moyens de communication des chiens.  Mais quels sont les significations de ce comportement ? Pourquoi nos chiens nous lèchent-ils ?

Chez le chiot
Dès son plus jeune âge le chien se met à lécher, imitant alors sa mère qui le nettoie de cette façon, mais lui montre aussi son affection.

Plus tard, lorsqu'ils sont sevrés, les chiots lèchent le museau de leur mère pour lui demander de la nourriture. Et certains adultes conservent cette habitude, réclamant à manger à leur maître en le léchant.

Une marque de soumission
A l'état sauvage, un chien peut lécher un congénère, le chef de la meute, pour lui témoigner sa soumission.
Domestique, le chien conserve ce comportement et indique en léchant le visage ou les mains de son maître qu'il accepte son autorité de dominant.

Et d'affection
Bien sûr, le chien lèche aussi son maître et ses congénères pour leur montrer son affection, de la même façon que le faisait sa maman lorsqu'il était chiot.
Comme l'explique l'éducateur Reda Atallah, les chiens peuvent aussi lécher leurs humains pour tenter de les apaiser lorsqu'ils se montrent stressés, angoissés, énervés.

Quand s'inquiéter ?
S'il est donc normal que le chien lèche, ce comportement étant tout à fait naturel, l'excès, lui n'est pas à prendre à la légère.
Les chiens, lorsqu'ils sont très anxieux, peuvent se lécher frénétiquement, certains jusqu'au sang. Si votre compagnon à 4 pattes se lèche sans cesse, ne tardez pas avant de consulter un vétérinaire ou un comportementaliste.

Source: wamiz.com

Le chien qui mord.

Posted on February 20, 2014 at 4:37 AM Comments comments (0)
Qui n'a pas déjà entendu les fameuses rumeurs: 
"le chien qui mord remordra forcément" ou encore " le chien qui goûte au sang ne pourra plus s'en passer" … On imagine qu'une infime goutte de sang peut transformer notre chien en animal sanguinaire, psychopathe et meurtrier. 
Ces idées reçues sont absolument fausses!
Il est important de rappeler qu'un chien qui mord n'est ni fou ni foutu… Tous les chiens peuvent mordre si la situation les y oblige ( ils ont tous  une sensibilité et un seuil de tolérance qui leur est propre). De plus, bien souvent l'animal prévient mais ces signaux ne sont généralement pas pris en compte voire réprimés.
Une conduite agressive est codifiée et ritualisée, c'est-à-dire qu'elle se déroule toujours de la même manière, ce qui la rend prévisible. Elle se déroule en trois étapes: 

La menace
Elle sert à impressionner l'individu et à éviter l'attaque. Grognements, gencives découvertes, mydriase (dilatation des pupilles), raidissement des membres… l'animal prévient l'autre de cesser immédiatement ce qu'il est en train de faire. 

Le passage à l'acte: la morsure
Si la menace s'est avérée inéfficace, le chien passe à l'étape suivante: la morsure (prise en gueule plus ou moins fortement tenue, dosée et lâchée en fonction de la situation et de l'autre).
Les chiens correctement équilibrés ont recours à la morsure dans des situations clairement identifiées, et ne le font jamais par goût mais par nécessité.

L'apaisement
Le vainqueur pose sa patte sur l'autre ou le lèche: cela indique la fin du combat et signale le retour de la paix ( comportements très souvent mal interprétés "mon chien me demande pardon" ou encore "il s'en veut de ce qu'il a fait"!)

Donc si votre animal s'est battu avec un congénère, s'il a mordu voire tué un autre animal par prédation, s'il s'est retourné contre vous alors que vous le réprimandiez, s'il s'en est pris à l'individu le plus proche car surpris pendant son sommeil, s'il a mordu parce que la situation lui a fait peur ou mal, s'il est passé à l'attaque après avoir menacé ou si personne n'a jamais tenu compte de ses menaces… il ne s'est pas transformé en monstre sanguinaire, il s'est juste comporté en chien.

Source: spécial chien n°24

Mon chien a le regard coupable!

Posted on February 17, 2014 at 4:28 PM Comments comments (0)
La majorité des propriétaires de chiens est persuadés que le chien sait lorsqu’il a fait une « bêtise » et qu’il le montre en faisant son regard coupable.

Qu’est ce que le regard coupable ? Il peut varier selon les chiens, mais il est en général associé avec une posture basse du chien ou un chien recroquevillé sur lui-même, un chien qui détourne le regard et la tête, qui ne regarde pas son maitre, qui plisse les yeux, qui se pourlèche les babines… autant d’indices que l’on associerait immédiatement à un aveu de leur culpabilité !
Et c’est là ce qu’à voulu étudier Julie Hecht : les chiens savent-ils réellement qu’ils sont « coupables »? leur comportement est-il réellement du à un sentiment de culpabilité, au fait d’avoir compris qu’ils ont « mal fait » ? Ou s’agit-il en fait d’un véritable anthropomorphisme de la part des humains, qui interprète ainsi des signaux qui ont un sens totalement différent pour les chiens ?

Dans son étude, Julie Hecht a étudié cet aspect là. En se basant sur des questionnaires donnés aux propriétaires, elle a trouvé que la majorité d’entre eux pense que leur chien a un regard coupable quand il a fait une bêtise, et que c’est d’ailleurs grâce à ce regard coupable qu’ils savent qu’il y a une bêtise.
L’équipe de Julie Hecht a voulu tester si les chiens qui avaient « désobéis » à leurs propriétaires pendant leur absence montraient effectivement plus de comportements « coupables » que ceux qui n’avait rien fait, au moment des retrouvailles avec leur propriétaire.
Et les analyses comportementales ont montré qu’il n’y a pas de différence significative entre les chiens « obéissants » et « désobéissants » dans ces situations! Il n’y a pas de différence dans le nombre de comportement associés à la culpabilité !
De plus, les propriétaires qui pensent arriver à déterminer le fait que le chien a fait ou non la bêtise selon son regard plus ou moins « coupable » le trouvent en fait au niveau du hasard !
Pris ensemble, ces données permettent de montrer que la présentation de comportements dits associés à la culpabilité n’est pas un comportement fiable pour savoir si le chien a réellement fait quelque chose ou pas pendant l’absence de son propriétaire.

En fait, la présence de ces comportements, qui vous l’aurez remarqués, font en fait tous partie du répertoire de signaux d’apaisement des chiens, est associée à l’expérience qu’à déjà eu le propriétaire avec son chien. S’il l’a déjà grondé en rentrant une ou plusieurs fois, le chien produira plus de comportements « coupables » que si le propriétaire ne l’a jamais grondé, indépendamment du fait qu’il y ait ou non une « bêtise ».

Source: Ethotog

Notion de dominance / subordination.

Posted on February 12, 2014 at 11:17 AM Comments comments (0)
Le caractère de dominant ou subordonné existe chez de nombreuses espèces animales, mais encore faut-il savoir le définir correctement et surtout l’utiliser correctement.

En fait, en éthologie, on parle de statut de dominant et de subordonné comme résultante d’une interaction entre deux individus. 

Il ne s’agit pas d’un caractère fixe, ni d’un trait de tempérament. L’impulsivité, la témérité, ou au contraire la timidité sont des traits de tempérament propres à chaque individu qui peuvent avoir un poids sur l’orientation d’une interaction. Mais en aucun cas on ne peut parler de trait fixe dans toutes les situations. Un même individu peut ressortir dominant d’une interaction un jour ou pour un sujet de convoitise précis, car il est plus motivé, mais pas le lendemain, car il sera plus fatigué, ou sera moins motivé. Un même individu peut être dominant face à un individu A, mais subordonné face à un individu B. Bernstein écrivait dès 1981: « la dominance n’estpas en soi un trait mais une propriété émergente d’une relation » et « chaque animal a ses priorités même si elles changent avec le temps ».

Source: Ethodog.fr